Transferts : Le Premier ministre reste intraitable

La ligue anglaise est une véritable démonstration de puissance financière puisqu’elle est, pour un été de plus, la compétition dans laquelle ses clubs investissent le plus dans de nouveaux joueurs. Ce sont 1 160 millions d’euros qui ont débloqué la City, Chelsea et compagnie. Que oui, le confinement des dépenses est également perceptible dans les îles car le chiffre de cet été 2022 n’atteint pas, de loin, ce qui a été dépensé lors des saisons précédentes 2019-20 (1 700 millions) et, surtout, 2017 -18, dans lequel les Anglais ont investi 2 160 millions d’euros dans de nouveaux joueurs.

Un autre fait qui montre la puissance du premier ministre est que, depuis la saison 2014-15, ses dépenses en transferts n’ont pas diminué

de la barrière du milliard d’euros. Si vous examinez la classification des investissements des cinq ligues majeures, le

La Serie A italienne occupe la deuxième position (498,18 millions d’euros), suivie de la Bundesliga allemande (378,43), de la Liga espagnole (305,65) et, fermant le classement, de la Ligue 1 française (268,65). En cette campagne estivale, le PSG ne semble pas très enclin à faire l’actualité à grands frais, contrairement à ce qu’il a fait ces dernières années.

La barrière du milliard d’euros

Passant en revue le classement des investissements des cinq ligues majeures, la Serie A italienne était en deuxième position (498,18 millions d’euros), suivie par la Bundesliga allemande (378,43), la Laliga espagnole (305,65) et, clôturant le classement, laLigue1 française (268,65) . En cette campagne estivale, le PSG ne semble pas très enclin à faire l’actualité à grands frais, contrairement à ce qu’il a fait ces dernières années.

Les grands à la rescousse

Le scénario pour LaLiga est, sans aucun doute, celui de la maîtrise des coûts. Seuls les deux grands de la compétition, le Real Madrid et Barcelone, font preuve de puissance économique en côtoyant les meilleures équipes d’Europe.

Les mouvements d’arrivée de Tchouamni, Raphinha et Lewandowski… représentent 60% des dépenses des équipes espagnoles en cet été 2022.

Jusqu’à présent, les clubs espagnols ont dépensé 305,65 millions d’euros pour renforcer leurs effectifs. C’est le chiffre d’investissement le plus bas depuis l’été précédant la saison 2012-13 où, seulement, ils ont pénalisé 167,132 millions d’euros d’incorporations.

Jusqu’où sont les étés 2018 et 2019 où le sac des équipes espagnoles semblait sans fond. Dans ces fenêtres de transfert, les clubs hispaniques ont dépensé respectivement 1 004 millions d’euros et 1 510. C’était une époque où LaLiga côtoyait le Premier ministre. Désormais, comme toutes les autres compétitions, elle est éclipsée par la puissance de la livre sterling.

Bien sûr, cet été 2022 brise une tendance très défavorable pour le championnat espagnol. Au cours des deux saisons précédentes (2020-21 et 2021-22), LaLiga occupait la cinquième et dernière position du classement des investissements des cinq ligues majeures.

En cette période estivale, il devance la Ligue 1. Les derniers étés au cours desquels, outre la France, il a également dépassé la Bundesliga et la Serie A ont été ceux de 2014-15 et 2019-20.

Le Bara, classé 4

Pour le deuxième été consécutif, l’Arsenal anglais occupe la première position. Les artilleurs Ils accumulent 132 millions dépensés, soit 35 de moins que la saison dernière.Et à la quatrième place, il y a Barcelone, qui est devenu, grâce aux manettes, l’un des grands animateurs de l’été avec Lewandowski et compagnie. Et n pourrait se hisser à la première place en tant qu’équipe qui a le plus dépensé en 2022 si la signature de Kound. Le Bayern Munich est deuxième avec homme sadique comme une nouvelle étoile L’arrivée de Haland Il a servi à Manchester City pour être troisième.

Lire aussi  Ligue française | L'arrivée de Messi augmente les revenus du PSG de plus de 50%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by Live Score & Live Score App