Le Santiago Bernabéu

Dès ses débuts, le stade de Madrid fait partie des plus grands.

Le fait est que sa vraie création date de la fin des années 40. On est déjà loin des débuts du football professionnel.

Aujourd’hui, sa légende est intimement liée à celle de son club résident, le Real Madrid. Un des tous premiers clubs de football au monde, sinon le premier.

 

L’infrastructure du stade de Madrid est restée longtemps figée

A l’origine, le nouveau stade Chamartin 

Au début des années 40, le Real Madrid a un nouveau président, Santiago Bernabeu. Comme souvent, nouveau président égal nouveau stade. Tout neuf ou tout restructuré. Surtout quand le club fait partie des clubs vedettes.  

Santiago Bernabeu veut donc un nouveau stade pour son club. Plus conforme à ses ambitions. Le fait est que le premier stade Chamartin, inauguré en 1924 et situé à Chamartin de la Rosa, aujourd’hui, quartier de Madrid, ne pouvait guère aligner plus de 15 000 places.

Ce sera le nouveau stade Chamartin, la Casa Blanca,  Inauguré le 14 décembre 1947, il peut accueillir plus de 75 000 spectateurs avec près de 30 000 places assises.

 

Le grand stade de 1954

Autre constante dans les changements de stade, outre les nouveaux présidents, l’accueil de nouvelles compétitions. Pour le nouveau stade Chamartin, le déclic, c’est la coupe des clubs champions européens organisée pour la première fois en 1954. 

Son architecture est, on ne peut plus, classique. Le stade ressemble à une grande bassine rectangulaire aux bords arrondis et relevés sur trois niveaux. C’est un grand stade fonctionnel aux lignes épurées et sans fioritures. Bien loin du stade actuel.

Pour l’occasion, la capacité du stade est portée à 125 000 spectateurs, ce qui en fait le 2ème plus grand stade en Europe après le stade de Wembley.

On en profite pour en changer le nom et le baptiser de celui de son président bâtisseur. Le stade Santiago Bernabeu est ainsi officiellement né.

Après ces gros efforts d’infrastructure, le stade Santiago Bernabeu fait l’objet de quelques améliorations, comme un puissant éclairage électrique, à la fin des années 60, mais ne change plus guère jusqu’au début des années 80.

 

La modernisation du stade de Madrid dans les années 80-90

Impossible d’y échapper ! L’Espagne est désignée comme organisatrice de la coupe du monde de football de 1982. Et c’est au Santiago que doit se jouer la finale. 

La première rénovation, liée à la coupe du monde, réduit la capacité du stade de 120 000 places à 99 000, mais permet d’en couvrir une grande partie et de lui refaire une beauté. 

Une deuxième rénovation suit. Après les 400 blessés et les 39 morts du Heysel en 1985. Priorité donc à la sécurité. La capacité tombe à 75000 et pour éviter qu’elle ne tombe trop, puisque toutes les places deviennent des places assises, on construit quatre grandes tours qui font passer la hauteur du stade de 22 m à 45 m. 

La “Casa blanca” n’est plus la “Casa blanca” des débuts. Mais, les mutations du stade Santiago Bernabeu ne s’arrêtent pas là.

 

Le stade Futuriste des années 2000

Le stade Elite de 2007

Nouveau président, et comme on peut s’y attendre, quand ce président est une forte personnalité, nouveau projet. C’est le cas en 2000, avec Florentino Pérez. Ce n’est pas n’importe qui.

C’est d’abord un homme d’affaires qui a réussi. Il est PDG et gros actionnaire de la société de construction ACS. Celle-ci emploie plusieurs dizaines de milliers de salariés et réalise un chiffe d’affaires de près de 30 milliards d’euros. Sa fortune est actuellement évaluée à près de 2 milliards d’euros. Accessoirement, il mène aussi une carrière politique où il réussit moins bien.

Au cours de sa première présidence du Real Madrid, de 2000 à 2006, il améliore considérablement le confort et l’attractivité du stade. Par suite, l’UEFA le classe “stade 5 étoiles” en 2005 et “stade Elite“, le plus haut niveau, en 2007. 

Normal pour une équipe dont le président veut qu’elle soit “galactique.” Raison pour laquelle, il a fait venir Zinédine Zidane en 2001 au prix d’un transfert historique à l’époque de 75 millions d’euros !

 

Le stade futuriste des années 2020

Après une interruption de 3 ans, Florentino Pérez revient aux affaires en 2009. En 2023, il y est encore. On l’aura compris, le stade Santiago Bernabeu pourrait tout aussi bien s’appeler le stade Florentino Pérez.

Ralenti par la pandémie du Covid, et l’importance des travaux de restructuration, le projet de rénovation voté en 2011 et visant à accroître sa capacité d’accueil de 10 000 places prend néanmoins peu à peu forme. 

Aujourd’hui, loin des lignes épurées et basses du nouveau stade Charmartin, il ressemble à une grosse marmite retournée en plein centre de Madrid. Ou si on préfère à un poumon d’acier.

 

Les grands évènements du stade de Madrid

Évidemment, on ne compte plus les grands évènements sportifs qui se sont déroulés dans le grand stade de Madrid. Raison de plus pour s’arrêter un instant sur la visite que lui a rendu Jean-Paul II en 1982.

Visite de Jean-Paul II
Visite de Jean-Paul II en 1982

Cette visite de 1982 a duré une dizaine de jours pendant lesquels le Pape s’est rendu dans plusieurs endroits en Espagne. Le stade de Madrid a été l’enceinte privilégiée pour y rencontrer les jeunes. Il y prononcera des paroles fortes et inspirantes :

Quand vous savez être dignement simples dans un monde qui veut acquérir à n’importe quel prix (…) vous vous libérerez de l’esclavage de ceux qui aspirent à avoir plus et non à être plus.

Beaucoup de grandes figures du football peuvent se retrouver dans cette façon de voir et qui est le fondement même de leur plaisir de jouer. À noter que Jean-Paul II était aussi un grand amateur de foot.

 

Grandes finales de championnat au stade de Madrid

Cela dit, le stade de Madrid, c’est le stade de tous les grands championnats. Entre les finales de ligue des champions de l’UEFA, quatre en tout, les coupes internationales comme la Copa Libertadores 2018, l’Euro et la coupe du monde, on ne sait plus trop quelle rencontre phare choisir pour illustrer le poids du stade Madrid à l’international. 

Quant au niveau national, les finales de la coupe d’Espagne ne s’y comptent plus tant elles sont nombreuses. Auxquelles on peut ajouter toutes les rencontres du trophée Santiago Bernabeu qui s’y jouent depuis 1979.

 

Grands évènements sportifs autres que le foot au stade Madrid

Comme la plupart des grands stades ayant la même envergure, le stade de Madrid accueille de temps à autre de grands évènements sportifs comme le tour d’Espagne dont l’ultime étape, remportée par Aitor Gonzalez, s’est terminée, en 2002, au pied de ses gradins.

Ce n’est là qu’un tour de chauffe. Le président Florentino Pérez voit naturellement plus loin et plus haut. Il parait qu’il a réussi à décrocher l’organisation du Super Bowl américain. Business is business !

 

Comment on visite le Bernabéu ?

Avec tout ça, aller à Madrid sans visiter le stade de Madrid, ça ne se fait pas. A coup sûr, si on est un “mordu” du foot, mais même si on ne l’est pas, ne pas y aller, c’est comme manquer une part de ce qui fait l’esprit madrilène. 

Pas cool, non ? D’autant que visiter le “Bernabeu”, c’est voir plein de choses, les installations des joueurs, naturellement, mais c’est aussi rêver tout à son aise devant les trophées du Real Madrid. Chacun d’entre eux raconte une fraction de l’histoire d’une des toutes premières équipes de foot au monde, sinon la première. 

C’est cet imaginaire unique qu’a évoqué Florentino Pérez quand il a remis les insignes 2019 aux plus fidèles socios du club : 

Nous sommes ici pour reconnaître la passion, l’engagement et la loyauté que vous avez toujours démontrés envers le Real Madrid. Vous représentez toute une vie de sentiment madridista. Comme président du Real Madrid, je me sens fier que notre club ait compté et puisse toujours compter sur vous dans la conquête de nouvelles illusions.

 

Powered by Live Score & Live Score App