Premier League : Kepa : “Je veux jouer plus et je m’y prépare tous les jours”

Révolte de Kepa Arrizabalaga (Ondarroa, 1994) Il passe quelques jours de congé à Marbella avant de commencer l’entraînement avec Chelsea. De la main de l’agence AC Talent, un 22-23 plein de défis l’attend.

Interroger. Qu’attendez-vous pour la prochaine saison ?

Réponse. J’ai de l’enthousiasme, de l’ambition, l’envie de débuter, de prendre du plaisir et surtout de jouer plus. Pour être plus de matches sur le terrain de jeu.

Q. Comment comptez-vous jouer plus ? Entraînez-vous simplement plus ?

R. Au final, c’est l’entraîneur qui décide. Ce que vous devez lui donner, ce sont le maximum de raisons possibles pour qu’il vous choisisse. J’aime m’entraîner, faire de mon mieux à chaque séance, prendre soin de moi et être prêt quand le coach m’appelle.

Q. Avez-vous pensé à ce que vous pouvez faire mieux cette année ?

R. Je parle avec l’entraîneur des gardiens… et, au final, il faut s’adapter à un certain style du « maître », ne se sentir à l’aise à aucun moment et vouloir améliorer même ce que l’on fait bien.

Q. Votre style de gardien a-t-il changé pour s’adapter davantage à Thomas Tuchel ?

RS Nous venons d’un jeu pas si élaboré [con Lampard], on n’a pas eu à prendre le ballon par derrière, un jeu moins planifié, plus à la libre expression du joueur, des allers-retours et moins de contrôle. Avec Tuchel on a repris le contrôle. C’est vrai qu’en Premier nous n’étions pas proches des deux premiers, mais dans les autres tournois nous avons été très compétitifs.

Je n’aime pas manquer l’équipe nationale et mon objectif est de revenir”

Q. Est-ce que ce style vous force à avoir un meilleur jeu de jambes ?

R. Oui, notre gardien participe beaucoup au jeu, il doit être vigilant, savoir où appuyer. Cela vous oblige à prendre plus de décisions et à être une partie très importante de la sortie de jeu de l’équipe.

P. Vous entretenez de bonnes relations avec Tuchel, que vous dit-il personnellement ?

R. La conversation avec lui est facile, au quotidien il est entièrement accessible aux joueurs. Avec moi, personnellement, je remarque l’amour et la confiance qu’il a en moi. Évidemment, je veux jouer plus. C’est vrai qu’il choisit un autre partenaire [Mendy] Et c’est ce que j’essaie de changer dans mon quotidien, je veux jouer et pour cela je m’entraîne et me prépare.

Q. Excluez-vous totalement un prêt cet été ?

R. En ce moment, je suis un joueur de Chelsea, mais ce que je sais avec certitude, c’est que je veux jouer plus, car je viens d’un an ou deux où, quand j’ai joué, j’ai eu une grande performance.

P. Dans de nombreux paramètres (arrêts, buts empêchés, passes…) mieux vaut les nombres de 20-21. Mais pas en minutes jouées, bien sûr.

Lire aussi  Arsenal veut Borja Mayoral !

R. Pour cette raison, à cause de cette bonne performance que j’ai eue, j’ai le sentiment d’en vouloir plus. Je veux jouer plus. Je suis à Chelsea et je veux réussir ici. Et si ce n’est pas possible, nous analyserons d’autres choses différentes, car mon objectif clair est de jouer.

Q. Je veux dire, votre niveau de patience n’est-il pas à la limite ?

R. Je ne suis pas désespéré. Au final, je suis dans un grand club… Parlez-en à l’entraîneur et on décidera, mais avec le message clair que je veux jouer plus.

P. Selon vous, qu’est-ce qui va changer avec le nouveau propriétaire du club ?

R. Nous attendons un peu. Nous étions incertains, car des gens de l’extérieur nous ont demandé et nous ne savions rien de la vente. Nous sommes maintenant à un point où nous verrons où va le club. C’est une entité que Roman [Abramovich] est parti dans le top des plus forts d’Europe. Nous pensons que l’ambition des nouveaux propriétaires sera la même : vouloir que le club continue à se battre pour tous les titres.

Q. Vous étiez personnellement désolé du départ de Roman. Quelle était votre relation avec lui ?

R. La dernière fois que nous l’avons vu, c’était après la Coupe du monde des clubs, et ce que je peux dire de lui, c’est qu’à nos côtés, il a été exceptionnel, en tant que président et en tant que propriétaire. Il s’est toujours mis dans un plan très humble, très calme et respectueux, laissant au joueur le moment d’euphorie, de savourer les titres… alors qu’il aurait pu le faire parfaitement pour être le propriétaire du club. Il s’est toujours tenu à l’écart et a été très gentil avec nous tous.

Q. Pensez-vous que vous êtes un bien meilleur gardien de but maintenant que lorsque vous êtes venu à Londres ?

R. Je ne pense pas beaucoup… mais beaucoup ! Lorsque je m’analyse et que je regarde des vidéos de mes matchs d’il y a des années, je remarque la différence dans ce que je ressens sur le terrain maintenant. Je contrôle mieux toutes les facettes, j’ai plus d’expérience et je suis plus impliqué et je comprends mieux le jeu.

Q. Vous êtes-vous amélioré, par exemple, avec vos pieds ?

R. Être dans un club aussi important et affronter des joueurs aussi importants vous fait progresser en tout. Oui, je sens que j’ai beaucoup appris dans ces facettes, notamment parce qu’en Ligue espagnole, ils jouent d’une certaine manière et qu’en Premier il y a plus d’équipes anglaises, et le long ballon est leur plus grande menace. Savoir m’adapter à tout ce que je pense a fait de moi un bien meilleur gardien.

Q. Cela vous dérange-t-il qu’on vous identifie comme un spécialiste des tirs au but ?

Lire aussi  Premier League : Le bar de presse de Manchester United : "Vous ne pouvez pas faire de nouvelles dans notre dos".

R. Je pense que c’est un plus et quelque chose de positif. Je suis content d’être vu comme ça aussi, parce que c’est quelque chose dans lequel je suis bon, où je me sens à l’aise. L’autre jour, ils m’ont dit que j’avais fait un record à Chelsea : celui qui avait sauvé le plus de penaltys. Ce sont des choses qui vous font vous sentir bien. Depuis que je suis petit, j’ai toujours sauvé des pénalités et j’ai aimé cette bataille mentale que vous avez avec l’attaquant.

P. A sa place, Courtois est numéro un aujourd’hui ?

R. Cette année oui. Cette année, je pense que cela a été très décisif pour gagner la Ligue des champions et la Liga.

Q. Avez-vous vu une performance aussi décisive d’un gardien de but en finale ?

R. Je ne sais pas exactement. Pour gagner la Ligue des champions et la Liga, il y a des moments où le gardien de but doit apparaître. Il est vrai qu’il a dû comparaître pas mal de fois mais je ne peux pas vous dire s’il est le meilleur ou non.

P. En quoi pensez-vous que Courtois s’est amélioré par rapport à il y a cinq ans ?

R. J’ai été très surpris par son jeu du pied. C’est peut-être quelque chose qu’avant à Chelsea ou à Madrid, au début, ils ne lui demandaient pas tant, mais maintenant il a fait un pas en avant dans le jeu avec ses pieds. C’est le plus grand changement que j’ai vu.

Q. Voyez-vous Rdiger, votre ancien coéquipier, comme une excellente signature pour le Real Madrid ?

R. Oui, je vois qu’il est en pleine maturité. Il est au courant de tout, il comprend le jeu… Nous jouons ensemble depuis quatre ans et je vois une belle évolution en lui ces deux dernières années. Ce déménagement à Madrid arrive à un moment parfait de sa carrière. Je pense que c’est un super renfort et qu’il n’aura aucun problème à s’adapter à la Liga espagnole. C’est une énorme signature.

P. Christensen, al Bara. Portez-vous un bon article?

R. Je pense que c’est un très bon joueur : rapide, avec une très bonne sortie de balle, avec un très bon pied, qui monte bien sur le terrain, qui a beaucoup d’expérience pour son âge, plus de 50 matchs pour le Danemark, et qui a joué au football à un très haut niveau. Il avait envie de changer, de chercher quelque chose de nouveau et je pense [el Bara] il va prendre à une centrale pendant de nombreuses années.

Q. Allez-vous souvent à l’Athletic ?

RS En fait, ces jours-ci, j’ai parlé avec Iaki [Williams]. Nous sommes de bons amis, nous nous connaissons depuis que nous sommes petits et c’est peut-être celui avec qui j’ai la relation la plus proche, bien que je m’entende aussi avec De Marcos, Balenciaga… Maintenant, ils ont des élections et ils sont très incertains sur qui va être l’entraîneur ou le président. Je souhaite le meilleur à tout le monde… et au nouveau ‘presi’.

Lire aussi  Barcelone achète | Le troisième de City a "claqué la porte" de Bernardo.

P. Il en restera beaucoup, mais… tu te vois retourner au club ?

R. On ne sait jamais. J’ai encore trois ans à Chelsea, et dans le football on ne sait même pas où on en sera demain. Nous allons voir ce qui se passe.

La méta, avec notre éditeur.

La méta, avec notre éditeur.

Interroger. Parlons maintenant de la sélection. Qu’est-ce que cela vous dit? Luis Enrique accorde beaucoup d’attention aux gardiens du premier ministre. Il en fait la démonstration avec Robert Sánchez et David Raya.

Réponse. Le radar du ‘mster’ est large, il l’a toujours montré. Il est ouvert à tout et ce qu’il aime, il le sélectionne. Je le connais bien. Avant cette année et demie, au cours de laquelle je n’ai pas toujours joué pour mon club, Luis Enrique m’a emmené à tous les appels et je sais ce qu’il aime en tant que gardien de but. C’est très clair pour lui.

P. En raison du contexte que vous avez mentionné, le sentiment est que si vous jouiez toujours pour Chelsea, vous seriez un incontournable à La Roja. Le voyez-vous ainsi ?

R. C’est ce que je veux. Jouer plus dans mon club et revenir en équipe nationale. Mais c’est peut-être une question de plus pour lui. Je lui dis que, sur le plan personnel, un autre de mes objectifs est de retourner à La Roja. N’oubliez pas que j’ai été dans l’équipe nationale de 17 à 26 ans sans jamais rater quelque chose, sans savoir à quoi ressemble une paire d’équipes nationales chez moi. J’ai eu ces pauses ces derniers temps et je ne les aime pas.

Q. Vous n’aimez pas voir La Roja à la télévision.

R. Pas du tout. Je n’aime pas. En fin de compte, nous voulons toujours être là, surtout quand vous avez toujours été.

P. Avez-vous été surpris par l’appel de Raya (Brentford) et Robert (Brighton) ?

R. Ce sont des gardiens qui se débrouillent bien en Premier, et c’est à ça que servent le coach et son équipe, choisir leurs joueurs.

P. Et l’absence de David de Gea ? Il a fait une bonne année à Manchester United, malgré le niveau du club. Il est surprenant de ne pas le voir à La Roja.

R. C’est peut-être… David et le ‘maître’ ont dit qu’ils avaient eu une conversation privée, et cette décision a été prise. De Gea est un grand gardien qui démontre son niveau en Angleterre depuis des années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by Live Score & Live Score App