Michel Platini, le maître du coup franc

Michel Platini est, né en 1955, au sein d’une famille d’immigrés italiens venus travailler dans les mines de Lorraine, après la guerre 14. C’est son père Aldo, de la deuxième génération et prof de maths, qui lui a mis le pied à l’étrier et l’a lancé sur la planète foot au début des années 70. Lancement plutôt bien réussi, puisqu’il a failli devenir le patron du foot mondial en 2015. Entre ces deux moments, Michel Platini a fait une carrière exceptionnelle au sein de trois grands clubs de foot

 

Les débuts difficiles de Michel Platini

Quand on voit, aujourd’hui, la carrière prestigieuse accomplie par Michel Platini, on n’imagine pas qu’elle aurait pu tourner court, à peine commencée. 

Les refus du club phare de Lorraine, Le FC Metz

Très tôt, Michel Platini décide, avec le soutien de son père, de faire une carrière de joueur professionnel. Et c’est d’abord le FC Metz qu’il vise. Mais, la chance n’est pas au rendez-vous ! Il commence par rater le concours du jeune footballeur.

Les débuts difficiles de Michel Platini
Les débuts difficiles de Michel Platini

Puis, il rate, en suivant, un premier stage de sélection organisé par le FC Metz. Blessé, il ne peut s’y rendre ! Et encore un deuxième, toujours organisé par le FC Metz. Cette fois, il peut y participer, mais les résultats de sa visite médicale sont mauvais.

Sa capacité respiratoire est limitée, lui dit-on, et on lui décèle une insuffisance cardiaque. Game over ! En tout cas, pour le FC Metz.  Mais, il ne se décourage pas. Il se tourne alors vers l’autre club lorrain : l’AS Nancy Lorraine. Et là, Banco ! 

Les lents débuts de Michel Platini à l’AS Nancy Lorraine

Les débuts de Michel Platini à l’AS Nancy Lorraine sont plutôt lents. Il rejoint le club en 1972, il a alors 17 ans et joue, principalement, dans l’équipe D2 au poste d’ailier gauche, puis à celui de Milieu. Pour l’équipe première, il est surtout le 12ème homme. Il lui faut attendre la saison 1977-1978 pour signer son premier contrat professionnel. Mais, entre temps, il est devenu le spécialiste des coups francs

 

 

Décollage de la carrière de Michel Platini

Dernier tour de chauffe à l’AS Nancy (1976-1978)

A partir de 1975, la carrière de Michel Platini décolle. il est champion de France en D2, en 1975, et il est sélectionné pour la première fois en équipe de France en 1976. Vainqueur de la coupe de France en 1978, il décide, pratiquement dans la foulée, de rejoindre l’AS Saint Etienne, en 1979.

Dernier tour de chauffe à l'AS Nancy (1976-1978)
Dernier tour de chauffe à l’AS Nancy (1976-1978)

Non sans mal, puisque les dirigeants de l’AS Nancy tenteront de s’y opposer. Mais, bon, tout rentre très vite dans l’ordre. On est encore aussi dans les tout débuts du foot business.

Le meneur de jeu de l’AS Saint-Etienne ( 1979-1982)

Au cours de ces années, Michel Platini s’affirme comme un excellent meneur de jeu et en 146 matchs, il parvient à marquer 82 buts. Pourtant, de l’avis des spécialistes, son bilan peut paraître mitigé. 

Peut-être ce sentiment est-il du à une première affaire judiciaire liée à une somme de 880 000 francs versée par la “caisse noire” du club. Première affaire pour laquelle il sera condamné à une peine de prison avec sursis, puis, finalement, amnistié. 

Le meneur de jeu de l'AS Saint-Etienne ( 1979-1982)
Le meneur de jeu de l’AS Saint-Etienne ( 1979-1982)

 

Quoi qu’il en soit, il devient champion de France, en 1981, et est finaliste l’année suivante. 

 

 

Les grandes années de Michel Platini (1982 – 1987)

Les années 1982 à 1987 sont les années où Michel Platini brille de tous ses feux tant à la Juventus de Turin qu’il rejoint en 1982 qu’en sélection avec l’équipe de France dont il est un des piliers irremplaçables. 

Michel Platini, roi de la Juve

Là encore, les débuts de Michel Platini sont difficiles dans son nouveau club. Pas seulement à cause d’une mauvaise pubalgie, car, pour tout dire, il n’y trouve pas immédiatement sa place.

Et il faudra l’intervention du président de la Juve, Gianni Agnelli, avec qui il nouera des liens d’amitié et à qui il doit on transfert, pour qu’on le laisse jouer là où il peut faire des étincelles. Bonne pioche !

“L’Avvocato” sera tellement satisfait des prouesses de son poulain qu’il fera du nouveau bianconero, le “Roi Michel“. 

Michel Platini, roi de la Juve
Michel Platini, roi de la Juve

Le fait est que chaque année de cette période est un vrai festival Platini :

  • 1983 : Vainqueur de la coupe d’Italie et meilleur buteur du championnat d’Italie.
  • 1984 : Champion d’Italie, vainqueur de la C2, vainqueur de la SC d’Europe et meilleur buteur du championnat d’Italie. Ces résultats seront malheureusement ternis par le drame du Heysel, lors de la rencontre, le 29 mai 1985, entre Liverpool et la Juventus. 
  • 1985 : Vainqueur de la coupe intercontinentale, vainqueur de la C1 et, une fois de plus, meilleur buteur du championnat d’Italie.
  • 1986 : Champion d’Italie.

Au moment de partir, Michel Platini résumera d’une phrase toute sa carrière de joueur professionnel en disant : 

J’ai joué à Nancy car c’est le club de ma ville, à Saint-Etienne car c’est le meilleur club de France, et à la Juventus car c’est le meilleur club du monde. 

Longtemps après avoir pris sa retraite en 1987, Michel Platini est toujours très présent dans les annales du club. Le nouveau président du club, un Agnelli comme il se doit, en l’occurrence Andrea, fils d’Umberto, a récemment déclaré que : 

Dans une époque florissante, Platini, avec sa classe extraordinaire, a mené la Juve sur le toit du monde.

 

Michel Platini, pilier de l’équipe de France

De 1976, date de sa première titularisation, à sa retraite sportive, 11 ans plus tard, en 1987, Michel Platini joue 72 matchs, dont la plupart en tant que capitaine, marque 41 buts et contribue à 37 victoires :

  • 1984 : Champion d’Europe et meilleur buteur du championnat d’Europe. 
  • 1985 :  Coupe intercontinentale des nations Trophée Artemio Franchi. Une nouvelle édition de ce championnat doit avoir lieu en juin 2022. Sous le nom de Finilissima, elle opposera, au stade Wembley à Londres,  l’Italie, vainqueur de l’Euro 2020, et l’Argentine, vainqueur de la Copa America 2021

A noter par ailleurs, que Michel Platini est deux fois demi finaliste de la coupe du monde, en 1982 et 1986. Après sa retraite en tant que joueur, Michel Platini ne quitte pas pour autant l’équipe de France, puisqu’il remplace Michel Hidalgo et en devient le sélectionneur de 1988 à 1992.

Michel Platini, pilier de l'équipe de France
Michel Platini, pilier de l’équipe de France

Là, son bilan paraît plutôt mitigé puisqu’on ne peut guère mettre à son actif que la victoire de la sélection nationale dans le tournoi du Koweit de 1990. 

Enfin, il est co-organisateur de la coupe du monde 1998 qui a lieu cette année-là en France. Mais, c’est déjà une autre histoire, celle de Michel Platini grand dirigeant de la planète foot. 

 

 

Michel Platini, grand dirigeant de la planète foot (1992 – 2015)

Co-organisateur de la coupe du monde en France (1992 – 1998)

Son contrat de sélectionneur de l’équipe de France terminé, Michel Platini rempile dans une fonction officielle en étant chargé avec Fernand Sastre, ex-président de la FFF, de l’organisation du prochain Mondial en France. 

420 millions d'euros sont consacrés à la construction du tout nouveau Stade de France
420 millions d’euros sont consacrés à la construction du tout nouveau Stade de France

Ce mondial est le premier à mettre en compétition 32 équipes en phase finale et se traduit par un investissement de 600 millions d’euros. 420 millions sont consacrés à la construction du tout nouveau Stade de France, qui succède au Parc des Princes comme plus grand stade de France, et le reste, à la rénovation de 9 autres stades.

Il donne lieu à quelques tractations officieuses dont certaines ont eu pour but d’empêcher que la France et le Brésil ne se rencontrent avant la finale. En 2018, au micro de France Bleu, Michel Platini évoquera à ce sujet une “petite magouille”.

Quoi qu’il en soit, les 80 000 spectateurs du tout nouveau Stade de France assisteront, le 12 juillet 1998, à une finale mémorable où le Brésil s’inclinera face à la France par 3 buts à 0. Les deux premiers buts sont marqués par Zinedine Zidane et le dernier par Emmanuel Petit

Co-organisateur de la coupe du monde en France (1992 - 1998)
Co-organisateur de la coupe du monde en France (1992 – 1998)

La France devient alors championne du monde pour la première fois de son histoire. Le commentateur Thierry Roland partagera sa joie avec des millions de téléspectateurs en s’exclamant :

Je crois qu’après avoir vu ça. On peut mourir tranquille. Enfin, le plus tard possible, mais on peut. 

Avant d’être reçue à l’Elysée par Jacques Chirac, l’équipe de France paradera sur la plus belle avenue du monde accompagnée par près de 2 millions de supporters. 

 

Membre dirigeant de la FIFA et de la FFF (1998 – 2005)

Après un tel succès, comme on pouvait s’y attendre, Michel Platini grimpe les échelons des instances dirigeantes du football national et mondial.

Conseiller spécial du Président de la FIFA, Joseph "Sepp" Blatter.
Conseiller spécial du Président de la FIFA, Joseph “Sepp” Blatter.

Il est d’abord nommé, en 1998, conseiller spécial du Président de la FIFA, Joseph “Sepp” Blatter. D’origine modeste, ce dernier, suisse, né en 1936, diplômé d’HEC Lausanne et ancien joueur de hockey, homme politique, est un baron du sport mondial. Il est, notamment, membre du comité international olympique (CIO). Signe de son influence, on ne compte plus les multiples distinctions honorifiques qui lui ont été décernées.

Moins de 3 ans après, en 2001, il devient vice-président de la FFF. Puis, bientôt, à partir de 2005, il est chargé du développement de son département international. Jusque là, tout va donc bien pour cette nouvelle carrière entamée par Michel Platini et juste reconnaissance de son rôle, depuis 2002, comme membre du comité exécutif de l’UEFA et de celui de la FIFA

 

Président de l’UEFA (2007-2015)

Tout à fait logiquement, les années suivantes, Michel Platini poursuit son ascension dans les instances dirigeantes du Football mondial. Rien ne semble devoir l’arrêter.

Michel Platini, Président de l'UEFA (2007-2015)
Michel Platini, Président de l’UEFA (2007-2015)

Il décroche donc, en 2007, un premier mandat de 4 ans comme président de l’UEFA. Avec un programme centré sur la solidarité et l’universalité, il a l’ambition d’ouvrir davantage les compétitions aux petites nations et de faire du football une exception culturelle à part entière. Il parvient à se faire réélire en 2011, pour un nouveau mandat de 4 ans. 

 

Septembre 2015 : chute de Michel Platini 

L’année 2015 avait pourtant bien commencée pour Michel Platini. Il est une nouvelle fois élu à la tête de l’UEFA, en mars, pour un troisième mandat de 4 ans. Tellement bien, d’ailleurs, qu’il présente sa candidature, en juillet, pour être président de la FIFA.

De l’avis général des commentateurs sportifs, il est alors considéré comme la personnalité la pus influente du football mondial. Il est alors au sommet de sa gloire. 

Les faits à l’origine de la chute de Michel Platini

En septembre 2015, patatras !  Joseph Blatter est mis en cause par le procureur général de Suisse pour, entre autres, un soupçon de “paiement déloyal” de 1,83 millions d’euros en faveur de Michel Platini.

Michel Platini aura beau dire que tout est parfaitement normal dans cette affaire, le comité d’éthique de la FIFA, sous l’impulsion de Hans-Joachim Eckert, président de la chambre de jugement du comité, le suspend, en octobre, de ses fonctions en même temps que Joseph Blatter. 

Puis, en novembre, la commission transforme la suspension de 90 jours en une suspension de 8 ans, après avoir voulu carrément le radier à vie. 

Hans-Joachim Eckert, ex-juge professionnel, d’origine allemande, s’est illustré pendant sa longue carrière, comme premier procureur de Munich et directeur du département de criminalité générale et de la criminalité économique, dans plusieurs affaires de corruption, dont celle qui a touché le groupe allemand Siemens.

Il est à la tête de la chambre de jugement de la FIFA depuis 2012 et a déjà eu à traiter des retombées de la faillite de la société International Sport and Leisure (ISL) en 2013. Cette dernière affaire a entrainé le départ de l’ex-président brésilien de la FIFA, de 1974 à 1998, Joao Havelange de son poste de Président d’Honneur. 

 

Les conséquences pour Michel Platini

Adieu, veau, vache, et pot au lait, Michel Platini n’est plus rien et doit défendre pied à pied son intégrité. En 2016, il abandonne sa présidence de l’UEFA et sa candidature à la présidence de la FIFA.

Il sera, néanmoins, blanchi par le procureur du ministère public de la confédération suisse pour ce qui concerne le paiement de 1,8 millions d’euros à l’origine de sa suspension.

"Entre nous". Les conséquences pour Michel Platini
“Entre nous”. Les conséquences pour Michel Platini

Ce qui n’empêchera pas la FIFA de le poursuivre à nouveau fin 2019. Michel Platini répondra par un livre témoignage intitulé “Entre nous“, publié par les éditions de l’Observatoire, également fin décembre 2019.

La morale de l’histoire. 

Dans cette affaire, Michel Platini rejoue l’histoire d’Icare qui s’est brûlé les ailes à force de s’être approché de trop près du soleil. Petit-fils d’immigrés italiens, français de la 3ème génération, Michel Platini a peut-être eu tort de viser trop haut. Ou de négliger de très puissants intérêts.

D’autant qu’au cours de sa carrière de joueur et de dirigeant, il a déjà eu maille à partir dans plusieurs affaires douteuses. Ce qui ne pouvait manquer de le rendre vulnérable. Citons notamment :

  • L’affaire de la “caisse noire” de Saint Etienne en 1982.
  • La petite magouille du mondial 1998.
  • Les Panama Papers de 2007 mettant en lumière sa société off-shore Balney Enterprises Corp.
  • Les soupçons du Qatargate, rendus publics en 2013, concernant les conditions dans lesquelles le Qatar s’est vu attribué l’organisation du mondial 2022. 
  • Les révélations des football leaks 2, de 2019. 

Bref, autant de faits ou de soupçons qui finissent par créer un climat délétère au détriment d’un Michel Platini se posant, par ailleurs, en défenseur du fair play financier, des valeurs du football et de la lutte contre les fléaux du football. 

 

Ce qu’il faut retenir de la carrière de Michel Platini

Cependant, quoi qu’il en soit de l’implication de Michel Platini dans les différentes affaires précitées, ou dans d’autres, méconnues, il ne faut pas oublier que le football est devenu au fil des années une très grosse industrie brassant des milliards d’euros. On parle de 5 milliards rien que pour la France et de 400 milliards pour l’ensemble du monde. 

Les milliards de la planète foot

Ces milliards suivent d’innombrables circuits allant des sponsors aux joueurs en passant par les agents, les chaînes télé, les autres médias et les clubs. Sans même parler des fonds d’investissement.

En soi, ces circuits ne sont guère différents de ceux de n’importe quelle autre industrie et la manière dont l’argent y circule n’y est guère moins morale. Pour qu’il n’en soit pas ainsi, il faudrait que l’argent cesse d’en être le moteur. Autant dire qu’en l’état actuel des choses, ce ne peut être qu’un vœu pieu. 

Autrement dit, Michel Platini n’a, ni plus, ni moins, failli que bien d’autres acteurs de la planète foot. Ou d’autres secteurs de la planète financière.

Les imprudences de Michel Platini

Par contre, il a sans doute été moins prudent, ou trop confiant, dans la manière dont il a géré, ou suscité, certains des flux qui la traverse sans cesse.

On ne peut, d’ailleurs, manquer de penser que le succès du Qatar dans l’attribution de l’organisation du mondial 2022 aux dépens des Etats-Unis et le rôle que Michel Platini a joué dans celle-ci, apparemment avec le soutien de l’Elysée, est pour beaucoup dans ses déboires juridiques.

En tout cas, c’est faire preuve d’une grande hypocrisie, ou de beaucoup de naïveté, que de vouloir à tout prix le clouer au pilori pour ce qui n’est rien d’autre au fond que le quotidien des affaires au plus haut niveau.

Michel Platini, à jamais, le maître du coup franc

Reste que Michel Platini a été un très grand joueur pendant sa carrière sportive et un très grand dirigeant, avant de se faire bruler malencontreusement les ailes.

Et mieux vaut garder le souvenir du dernier coup franc de rêve tiré par le “maître du coup franc” en 1985 que se laisser “embrumer” par des combats dont les vrais tenants et aboutissants sont hors de portée des passionnés de foot :

 

  • Les Maîtres du Football: Légendes Françaises à travers les âges: un hommage aux héros du football français
Powered by Live Score & Live Score App