Premier League : Mikel Arteta : ” À de nombreux moments, je me voyais gagner la Premier League.

Mikel Arteta Amatriain nous rencontre au Castillo Son Vida, à Majorqueoù il passe quelques jours de (demi) détente dans sa maison sur l’île. Nous nous connaissons depuis 20 ans et sa relation avec MARCA mérite cette réflexion après la grande saison d’Arsenal.

La deuxième place en Premiership, plus une FA Cup et une Community Cup, ne sont pas les seules réussites d’Arsenal. Mikel, qui a augmenté la valeur de l’effectif des Gunners de 369 millions d’euros depuis son arrivée. Arsenal a atteint une valeur marchande totale de 976 millions d’euros.366 de plus qu’il y a 12 mois et 369 de plus sous l’ère Arteta. Saka (désormais évalué à 120 kilos) ; Odegaard (90) ; ou Gabriel Martinelli (80) sont des exemples de cette recapitalisation ” canon ” avec Mikel.

Question. La saison a été éreintante. Que fait le manager d’Arsenal pendant ses vacances ?

Réponse. Principalement du repos pour s’éloigner du travail et se connecter à nos familles. C’est le seul moment de l’année où l’on peut vraiment être avec eux : avec mes trois enfants, avec ma femme, avec les parents, avec les amis… même si mes enfants sont fous de football et que chez moi, le ballon est toujours en mouvement.

P. C’est l’idéal, mais… tu as compris, tu te déconnectes ?

R. Au début, c’est difficile. Tu viens d’une forte tension et il faut un certain temps pour que le pouls retombe. Le téléphone n’arrête pas de sonner, c’est sûr, car il se passe beaucoup de choses en été. La première semaine, j’étais un peu plus absente, mais nous sommes déjà au milieu du marché et il faut prendre des décisions.

P. As-tu regardé le football ?

R. J’ai regardé un peu de football international et j’ai apprécié le titre de l’équipe nationale, mais nous nous sommes aussi regardés nous-mêmes. Nous avons analysé les matches, les situations, pour identifier les choses que nous devons maintenir et celles que nous devons améliorer, moi y compris.

P. Comment as-tu retrouvé l’esprit de conquête d’Arsenal au cours de ces trois saisons et demie ?

R. Tout a commencé il y a trois ans : j’étais l’assistant de Pep à City, nous avons joué contre Arsenal et j’ai vu que l’âme du club avait été perdue. Il n’y avait pas de plaisir, pas d’assise. Je savais que j’avais la chance peu après d’être sur un autre banc et je savais que ce club est si grand que vous devez être unis avec l’équipe et les supporters. C’était difficile à faire et à défaire… et maintenant je suis heureux. Nous avons une identité claire, il y a de l’unité et nous sommes pleins d’énergie. C’est ce qu’il y a de plus beau. De haut en bas, tout le monde pousse dans la même direction. Donnons aux fans quelque chose qui les fasse rêver et dont ils soient fiers. Et maintenant, nous devons gagner plus.

Arteta, avec le directeur de MARCA.

Arteta, avec le directeur de MARCA.

P. L’ère Wenger a été très longue et a créé des triomphes, mais aussi des défauts bien ancrés. As-tu identifié ce qui n’allait pas ?

R. J’ai été très clair. J’ai dessiné un arbre et ses racines et j’ai dit que le problème était le nôtre. Nous devions nous en occuper et nous en occuper avec des gens qui s’engageraient. Sans cela, il n’y aura pas de diversité de public.

P. Revenons à la saison dernière. Battre City en Serie A était-il un exploit ou le simple fait de gagner était-il un exploit ?

R. L’exploit, c’était de gagner. Nous sommes à Arsenal et le niveau d’exigence est élevé. Aujourd’hui encore, cela me fait très mal de ne pas avoir gagné la Premiership après 10 mois de lutte avec City. Mais c’est le sport. Cela dit, ce que nous avons réalisé avec une équipe aussi jeune. [el Arsenal tena la plantilla ms joven de la Premier] mérite d’être salué. C’est également clair pour moi.

P. Que manque-t-il pour gagner ?

R. Beaucoup de choses. Nous avons été pénalisés pour les trois nuls consécutifs. [Pool, West Ham y Soton]et pour toute la malchance qui nous a frappés. [dos remontadas yendo dos arriba]. Il y a eu trois ou quatre blessures de joueurs importants et à partir de là, tout s’est compliqué. Quand nous avions une équipe complète, nous étions constants. Quand les problèmes sont arrivés, nous n’avons pas récupéré. Et puis, notre adversaire était la meilleure équipe du monde ; la meilleure équipe du monde ; le meilleur entraîneur du monde….. Nous n’avions pas d’autre choix que d’accepter et de serrer la main du camp.

Lire aussi  Le City de Guardiola est en tête de la course pour signer le "nouveau Messi".

P. Pour toi, il n’y a pas de doute : Pep est le meilleur ?

R. Il n’y a aucun doute. Il est le meilleur dans tous les domaines. La gestion ; convaincre le groupe de ton idée ; entraîner tout le monde, tirer le meilleur d’eux ; prendre des décisions avant et pendant le match ; s’assurer que le message ne s’épuise pas…. Pep est un génie.

City est la meilleure équipe du monde, avec le meilleur effectif du monde et le meilleur entraîneur du monde ; Pep est un génie.

P. Penses-tu que City est la meilleure œuvre de Guardiola ?

R. Ce n’est pas juste de faire des comparaisons. Chaque jeu a eu son génie, et ce City est incroyable, parce qu’il est beau à regarder, c’est une équipe différente et elle s’est adaptée aux joueurs, qui sont les protagonistes en fin de compte. Et, aussi, elle gagne des titres, bien sûr.

P. Je me souviens qu’à la fin du dernier match contre City (4-1), j’ai vu que tu ne l’avais pas salué très chaleureusement. Avez-vous de bonnes relations ?

R. Très bonnes, j’ai parlé à Pep il y a trois jours. Mais nous avons tous les deux beaucoup de succès, nous sommes compétitifs et quand nous sommes sur le ring, nous sommes très concentrés. Mais nous sommes assez confiants pour le faire et le lendemain, nous nous appelons et nous nous serrons dans les bras. Cela ne disparaîtra jamais.

P. Je te connais depuis plus de 20 ans et tu n’es pas comme ça : tu ne souris pratiquement jamais sur les lignes de touche ! Quelle est la quantité de tension que tu portes en toi ?

R. Je suis concentré et impliqué dans le jeu, conscient de ce qui doit se passer sur le terrain. Peut-être qu’avec l’âge, je suis devenu plus détendu. [risas].

P. En première division, chaque match est une bataille. Te vois-tu entraîner pendant encore 20 ans ?

R. Je ne sais pas ce qui se passera, mais j’aime entraîner jour après jour. J’aime mes joueurs et l’environnement que nous avons créé au club. Je me lève très tôt tous les jours et je te jure que j’ai envie d’aller travailler. Nous avons créé un groupe formidable et nous savons dans quelle direction aller.

P. Est-ce que tu t’attendais à remporter la Premier League tôt ou tard ?

R. À de nombreuses reprises. L’équipe m’a donné des arguments et nous avons établi des liens avec les gens. C’est ce que tu crois. Mais quand nous avons commencé à souffrir de blessures, j’ai pensé que ce serait difficile. Le niveau d’exigence ne pouvait pas être maintenu. Si vous voulez gagner la Premiership contre City, vous devez arriver en avril-mai avec tous les joueurs disponibles et à leur meilleur niveau. Et nous, à cause des blessures, nous n’avons pas pu le faire.

P. C’était une équipe jeune et inexpérimentée.

A. Nous avions un bon mélange d’expérience et de jeunesse. Les plus expérimentés étaient des modèles pour les jeunes. De plus, nous avons eu la chance de prendre une génération de l’Académie avec un grand potentiel et nous avons pu développer leur talent pour que l’équipe ait de l’harmonie. Ils s’amusent, ils sont compétitifs et cela nous mènera à la victoire.

P. Ton “bijou”, c’est Saka. S’il était sur le marché, coûterait-il plus de 100 millions ?

R. Je n’en ai aucune idée. Ah, il y a ces petites machines qui entrent toutes les données et variables… et te donnent le prix. Saka est très bon et très régulier. Ses performances et ses chiffres à 21 ans sont dingues. Il a très faim, il veut s’améliorer et il a un environnement idéal pour le faire. Si je devais choisir une chose, ce serait sa capacité à gagner des matchs, ce que peu ont. Même avec Martinelli, Gabriel [Jesus] ou Odegaard.

P. Comment as-tu fait pour qu’Odegaard devienne une star ?

R. Je pense que c’est grâce à lui. Son exigence envers lui-même est brutale, il comprend tout très bien et apprend vite. Nous l’avons aidé en lui donnant des responsabilités et de la confiance, en le nommant capitaine. Je lui ai expliqué : ‘Avec ça, il y aura plus d’exigences et ta capacité à transmettre sera la clé. Il n’y a que toi”, lui ai-je dit. Martin est très réservé, mais quand il parle, on l’entend. Il fait tout ce qu’il faut : il prend soin de lui ; il s’occupe des autres et les améliore ; il a de l’éducation, l’amour du jeu, de l’engagement…. Et il pensait qu’il devait jouer plus près de la zone : toucher moins et atteindre plus. Ses chiffres sont très bons : il est l’intérieur qui a marqué le plus de buts dans l’histoire de la Premier avec Lampard. Et à 24 ans, il peut encore s’améliorer.

Lire aussi  Premier League : "Mudryk est plus rapide que Mbapp, il peut écraser n'importe qui".

P. Declan Rice est tellement bon qu’Arsenal envisage de l’acheter pour plus de 100 millions d’euros ?

R. Je ne peux pas parler des joueurs qui ne sont pas au club. Je préfère ne rien dire.

Havertz ? Kai a déjà montré beaucoup de choses, notamment une Ligue des champions. C’est un joueur talentueux et polyvalent et il n’a que 24 ans.

P. La signature de Havertz est donc hors de question ?

R. Le talent a un prix et, à Arsenal, nous sommes toujours intéressés par les jeunes joueurs qui ont de l’expérience. Encore une fois, je ne parle pas des joueurs d’autres clubs, mais dans le cas de Kai, il a déjà montré beaucoup de choses, notamment une Ligue des Champions. C’est un joueur talentueux et polyvalent et il n’a que 24 ans.

P. Arsenal semble beaucoup regarder du côté de Man. City. Pourquoi ?

R. Simple, parce qu’ils sont très bons, que je les connais et que je les entraîne depuis quatre ans. Gabriel Jesus et Zinchenko m’ont tous deux conquis d’un point de vue humain, ainsi que pour la mentalité et le talent qu’ils ont.

P. Cet été, ils auront également de l’argent à investir. C’est un point crucial.

R. Nous avons déjà régénéré l’équipe, avec une moyenne très jeune qui va générer de la performance et de la valeur. Nous avons des propriétaires qui sont alignés avec nous : construire une équipe gagnante qui peut être maintenue dans le temps, sans beaucoup d’investissements. Mais les exigences augmentent et nous devons aller sur le marché pour trouver ce que nous n’avons pas pour continuer à nous améliorer.

P. On pense que la ville investit davantage d’année en année. Mais ce n’est pas vrai. En fait, même Arsenal a été le premier à dépenser certaines saisons…. Qu’est-ce que cela te dit ?

R. Cela dépend de ce que tu valorises : la valeur nette ou l’investissement dans un an, dans trois ou dans dix ans ? Ou la valorisation des salaires aussi. Le point investissement en est un et la revalorisation est peut-être plus importante : combien vaut un joueur acheté sur “plusieurs” années. Il y a l’investissement avec le rendement et la réévaluation. c’est notre stratégie pour nous maintenir.

P. Résumé : est-il possible de remporter la première division 23-24 ?

R. Si ce n’était pas le cas, vous ne seriez pas assis ici. C’est notre ambition. Nous connaissons les difficultés : c’est le meilleur championnat du monde et la saison prochaine sera la plus difficile de l’histoire de la Premiership. Pourquoi ? C’était déjà le cas l’année dernière. Je suis ici depuis 22 ans et je n’ai jamais vu un tel niveau de compétitivité. Tant de qualité, tant d’organisation, tant de ressources, tant de bons entraîneurs… et maintenant Pochettino et Iraola arrivent. Le niveau est élevé et pour gagner la Premiership, il faut être le meilleur. C’est pourquoi vous devez vous renforcer.

P. Pour gagner la Premiership, il faut bien jouer ou ce débat n’a pas du tout lieu en Angleterre ?

R. Non, il n’y a pas de débat de ce genre ici. Je veux jouer de la meilleure façon avec l’idée que nous avons. Certains la donnent comme ci, d’autres comme ça, mais l’adversaire doit être soumis. La Premier League vous pénalise dès que vous faites une erreur. Bien jouer ici ne signifie pas faire beaucoup d’erreurs. Il y a mille autres choses à maîtriser. La possession ne suffit pas.

P. Es-tu encore surpris que le stade scande ton nom ?

Lire aussi  "Haaland va dominer la Premier League"

R. Nous aimons tous être félicités et nous identifier à ce que nous faisons. Par-dessus tout, je veux que les fans des “Gunners” s’amusent et jouent chaque ballon avec nous, pour se sentir un de plus dans l’objectif de gagner.

P. Est-ce qu’on t’a proposé le PSG cet été ? Ce journal sait pertinemment que c’était le cas.

R. Tout ce que je peux dire, c’est que je suis heureux à Arsenal. Je me sens aimé et apprécié par nos propriétaires, Stan et Josh. [los dos Kroenke]Et j’ai beaucoup à faire ici, dans ce club. Je suis heureux et énormément reconnaissant d’être à Arsenal.

P. Est-ce une coïncidence qu’il y ait quatre entraîneurs basques en Premier League la saison prochaine ? Julen Lopetegui (Wolves), Unay Emery (Villa), Andoni Iraola (Bournemouth) et toi.

R. Je ne pense pas que ce soit une coïncidence. Nous devons avoir quelque chose en commun. Je ne sais pas si c’est que le caractère basque s’accorde bien avec le caractère anglais, le style, la façon d’être, notre sérieux….

L’Espagne est mon pays, j’en ai été éloigné pendant de nombreuses années et un jour cela pourrait être une option, mais maintenant je me sens heureux et apprécié à Arsenal.

P. Est-ce que tu t’entends bien avec tout le monde ?

R. Oui, j’étais aussi coéquipier d’Iraola à Antiguoko quand nous avions 13-14 ans. Il était meneur de jeu et j’étais milieu de terrain droit. Je savais déjà qu’Andoni voulait partir à l’étranger et je ne suis pas surpris qu’il vienne en Premier League. Je suis heureux pour lui. Il y a 25 ans, nous étions coéquipiers et maintenant… en première division.

P. Comment as-tu regardé la dernière Liga ? As-tu le temps de regarder les matches ?

R. Bien sûr, surtout ceux du soir, qui sont plus confortables pour moi. D’ailleurs, mes enfants les regardent souvent. Il y a toujours du football à la télévision.

Mikel gesticule pendant le chat avec MARCA.

Mikel gesticule pendant le chat avec MARCA.

P. Est-ce que tu aimes Xavi Hernandez ?

R. Je le connais depuis que nous avons joué ensemble à Coffin. Connaissant son caractère et sa façon de vivre le jeu, j’ai compris que Coffin avait besoin d’une figure comme lui. Il a su résister à la pression et a été fidèle à ses idées, défendant toujours le club et les joueurs. L’équipe a été très fiable tout au long de l’année.

P. Est-ce que tu entraînerais Barcelone ou le Real Madrid… ? si un jour tu te retrouvais sans Arsenal ?

R. L’Espagne est mon pays. J’ai été absent pendant de nombreuses années et à un moment donné, cela pourrait être une option de revenir à la Liga et de vivre d’autres expériences. Mais maintenant…

P. Une dernière question. Penses-tu pouvoir reconnaître que tu es un meilleur entraîneur que tu ne l’étais en tant que joueur ?

R. Ouf, c’est difficile. Je ne fais ce travail que depuis quatre ans et mon objectif est d’être le meilleur au monde, mais pas à un niveau personnel, mais d’être le meilleur manager au monde pour Arsenal, d’aider ces joueurs et ce club à être les meilleurs. Jouer mieux que n’importe qui d’autre… et être capable de gagner.

  • HWC Trading A4 Mikel Arteta Cadeaux imprimés photo autographe signée pour les fans de football et les supporters - A4
    ✯ UN CADEAU QU’ILS VONT VRAIMENT ADORER - Remportez une victoire de classe mondiale avec cette photo imprimée signée de l’une des légendes du football les plus célèbres au monde, Mikel Arteta. Un cadeau premium à la fois pour eux et pour vous - au fond des filets ! ✯ VOUS NE TROUVEREZ PAS UN MEILLEUR PRODUIT POUR LE PRIX - Tout comme la vraie chose mais sans le coût, les fans et les collectionneurs de tout âge seront ravis de recevoir cet affichage authentique qui constitue un ajout unique aux souvenirs de leurs collectionneurs ✯ ARRIVE PRÊT À OFFRIR EN CADEAU - Nos impressions A4 (297x210mm) sont non encadrées sur un élégant écran noir mat. Léger, mais de la plus haute qualité-tout simplement parfait pour un anniversaire, noël, ou tout type de célébration! ✯ QUALITÉ TOUT LE CHEMIN - Fabriqués et finis par des professionnels dans notre studio, ces présentoirs sont vérifiés et emballés avec soin en utilisant des matériaux d'emballage robustes pour s'assurer qu'ils arrivent en parfait état

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by Live Score & Live Score App