Premier League : Gary Neville : “Bellingham pourrait être le meilleur joueur anglais de l’histoire”.

Question. Gary Neville peut se vanter d’être un “homme d’un seul club”, ce qui n’est pas courant de nos jours. Tu as joué 602 matchs pour United, quel est ton secret ?

Réponse. Je n’ai jamais critiqué les joueurs qui changent de club, parce que certains doivent le faire. Si j’avais commencé dans un club inférieur du championnat anglais, j’aurais été heureux de passer à un meilleur club, donc en ce sens, j’ai eu beaucoup de chance de commencer à United : c’était le club que j’aimais, le club que je soutenais, le club dans lequel je voulais être et aussi un club qui a eu beaucoup de succès sous la houlette d’un grand manager pendant une longue période.

J’ai tout donné chaque jour pendant 20 ans et je n’ai jamais abandonné. Heureusement, l’entraîneur a décidé de me garder pendant cette période. C’est aussi simple que cela. Je me sens privilégié et honoré d’avoir eu la carrière que j’ai eue. Certains “hommes d’un même club” ont changé d’équipe récemment. Busquets en est le dernier exemple. Il a eu une grande carrière : il a été un joueur clé dans l’un des meilleurs Barcelone de l’histoire. Son cas est très similaire au mien. Nous avons le privilège de jouer pour l’équipe que nous aimons. Gerard Piqu est un autre exemple : ces types de joueurs sont uniques parce qu’ils aiment le club, ils ressentent le club et ils comprennent son âme parce qu’ils ont été des supporters dans le passé.

J’ai donné le meilleur de moi-même chaque jour pendant 20 ans à United et je n’ai jamais abandonné. Heureusement, le manager a décidé de me garder pendant cette période. C’est aussi simple que cela

P. Tu faisais partie de la “génération 92”. Quelle a été la clé du succès de Ferguson à Manchester United ?

R. Les clés du succès de Sir Alex Ferguson ont été son incroyable éthique de travail et sa capacité à communiquer et à enseigner aux gens cette éthique de travail. Je crois fermement que l’éthique de travail, l’attitude, la personnalité, le caractère et le courage de jouer sont des traits que nous apprenons, nous ne sommes pas nés avec. Nous les apprenons de nos mentors, de nos professeurs, d’eux, des joueurs seniors dans le vestiaire, et Sir Alex Ferguson a clairement fait comprendre que chaque jour, nous voulons le meilleur de nous-mêmes et que nous ne devons jamais abandonner. Quoi qu’il se soit passé ce jour-là, que nous ayons gagné, perdu ou fait match nul, revenons le lendemain et recommençons.

Cela peut paraître très simple, mais si tu travailles aussi dur que possible, que tu n’abandonnes jamais et que tu le fais tous les jours sans relâche pendant 30, 40 ou 50 ans, tu atteindras une constance et une fiabilité qui plairont à tes employés. Il nous a toujours encouragés et nous a fait croire que nous étions assez bons. Il nous a fait comprendre que nous n’avions jamais à nous demander si nous étions assez bons ou pas, parce qu’il nous avait choisis pour être là et que c’était pour cela que nous étions assez bons pour jouer pour United. Il vous a dit qu’en retour, tout ce que vous aviez à faire, c’était de vous donner à fond, de ne jamais abandonner et d’aller le plus loin possible. Honnêtement, vous croyez en ces messages simples.

Sir Alex Ferguson nous a clairement dit qu’il voulait le meilleur de nous-mêmes chaque jour et que nous ne devions jamais abandonner.

P. À quoi ressemblait la vie quotidienne sous la direction de Ferguson ?

R. Ses discours étaient divisés en trois parties : la première portait sur l’éthique du travail et l’engagement, la deuxième sur les points forts de l’adversaire et la troisième sur la façon dont nous allions gagner le match. Dans ce premier message, une chose qu’il citait souvent et qui résonnait en moi personnellement concernait mes grands-parents. Il m’a dit : “Pense à tes grands-parents. Ils ont vécu des guerres mondiales et des temps difficiles, mais ils sont restés disciplinés, se sont levés tous les jours, ont porté des chemises et des cravates et se sont comportés de manière exemplaire, ils étaient polis et avaient de bonnes manières.

Alors, chaque fois que j’étais blessé lors d’un match de football, je pensais à mon grand-père, qui avait participé à la Seconde Guerre mondiale et avait été blessé deux ou trois fois. Ce sont ces messages simples qui m’ont ramené sur terre. Il était capable de se connecter à toi de telle manière que tu avais toujours un mécanisme pour faire face à une journée, un moment ou un match difficile. Il était brillamment simple mais très efficace pour s’assurer que les joueurs et le personnel savaient ce qu’on attendait d’eux dès le premier jour, et tout le monde voulait le faire pour lui.

Chaque fois que je vivais un moment difficile lors d’un match de football, je pensais à mon grand-père, qui avait fait la Seconde Guerre mondiale et avait été blessé deux ou trois fois.

P. La saison dernière a été une saison de transition pour Manchester United. Il a remporté la Coupe de la Ligue, mais a perdu la finale de la Coupe contre City et s’est incliné en Europe contre Séville. Comment résumerais-tu le règne d’Erik ten Hag ?

Lire aussi  Premier League : Qui est Fabian Hürzeler, l'héritier de De Zerbi à Brighton ?

R. Je pense que la première saison de Ten Hag a été très bonne. Gagner un titre et se qualifier pour la Ligue des Champions, je pense que l’on peut considérer que c’est une première saison brillante. Surtout si l’on considère la fenêtre de transfert chaotique qu’ils ont connue : ils ont essayé de signer De Jong et ont gardé Casemiro, Anthony et Lisandro Martnez. Je pense que les supporters sont d’accord avec lui, j’aime son approche directe et son franc-parler. Je pense aussi qu’il joue un football de qualité : il sait comment mettre l’équipe en place.

P. À ton avis, quel est le gros problème de Manchester United ?

R. Propriété. Le processus de vente est toujours en cours. Nous attendons des nouveaux propriétaires qu’ils apportent la stabilité au club dans les cinq à dix prochaines années et qu’ils améliorent les aspects sportifs et non sportifs. On a laissé le stade se détériorer ces dernières années, tout comme le terrain d’entraînement et l’équipe. Manchester United doit revenir à ses objectifs sportifs et extra-sportifs : il doit être au sommet du football européen et pour l’instant, il est loin d’y parvenir. La saison dernière a été un tremplin. J’espère que les nouveaux propriétaires pourront créer la bonne culture au sein du club et faire ce qu’il faut pour donner à Erik ten Hag l’argent dont il a besoin pour ramener le club là où il devrait être.

Manchester United doit se remettre à poursuivre ses objectifs sportifs et autres : il doit être au sommet du football européen et pour l’instant, il est loin d’y parvenir.

P. : En ce qui concerne la propriété, il semble que le milliardaire britannique Sir Jim Ratcliffe soit toujours en lutte avec des investisseurs qataris pour acheter le club. Que penses-tu de la présence d’un autre “club-état” en Premier League ?

R. Je ne suis pas opposé aux clubs-états. Je ne suis pas opposé à Newcastle ou à Manchester City. La réalité est qu’Abu Dhabi possède Manchester City depuis 15 ans, donc je pense qu’il est important que le contrôle de la propriété soit réglementé, non seulement en ce qui concerne les clubs-états, mais aussi pour les fonds d’investissement privés qui arrivent en Premier League pour exploiter le football anglais.

La Premier League est un produit incroyable : elle est aimée dans le monde entier, elle est fantastique à regarder, les stades sont de grande qualité…. elle a une longueur d’avance sur les autres ligues en termes de revenus. Mais il doit maintenir son équilibre compétitif au niveau national et nous devons également avoir un équilibre compétitif au niveau international dans les autres ligues européennes. C’est pourquoi j’ai parlé de la Super League.

P. Partagez-vous donc l’enthousiasme suscité par la Super League ?

R. Pour moi, c’était du football de franchise, c’était pour l’élite et ce n’était pas pour le peuple, ce n’était pas pour la pyramide du football. Le football est une pyramide qui a une base solide et ce n’est pas seulement pour les clubs au sommet de la pyramide. Il faut que la base de la pyramide soit aussi forte que le sommet de la pyramide. C’est quelque chose qui me passionne. J’aime mon club, Manchester United, je veux qu’il réussisse et j’aime le voir jouer contre le Real Madrid, Barcelone et le Bayern, mais je veux aussi m’assurer que les clubs et les supporters des divisions inférieures sont respectés. Il ne s’agit pas de la propriété étatique des clubs de football dans notre pays, il s’agit de réglementer toutes sortes de modèles de propriété que nous voyons aujourd’hui en Premier League.

Je suis totalement opposé à la Super League et au format qui a été proposé ; c’était pour l’élite, pas pour le peuple.

Nous devons nous assurer qu’ils restent dans leur couloir et qu’il y a des limites pour que l’équilibre compétitif soit maintenu et qu’un certain niveau de durabilité soit rétabli. Il doit y avoir une déception sportive lorsqu’un trophée n’est pas remporté, mais il ne doit pas y avoir d’oubli financier et de désespoir. Certaines des choses que les clubs doivent faire pour être compétitifs sont tellement désespérées et inquiétantes que je m’inquiète pour l’avenir du football. Nous voyons des clubs vendre leurs droits de production et leurs revenus. C’est quelque chose qui ne devrait pas se produire compte tenu des sommes d’argent en jeu. Je suis absolument contre la Super League et le format proposé.

P. As-tu été impressionné par l’impact de Casemiro à Manchester United ?

R. Il a apporté son expérience, ses connaissances, son savoir-faire et était comme une couverture, abritant le reste des joueurs. Quand il ne joue pas, Manchester United n’est plus que la moitié de l’équipe. Lorsque Casemiro est arrivé, j’ai dit qu’il ferait un excellent travail pour le club à court terme et je pense que c’est le cas. Il est énergique, se bat pour le maillot et je l’aime bien quand il joue.

Ce qui m’a inquiété, c’est qu’on lui proposait un contrat de cinq ans pour une énorme somme d’argent et une énorme indemnité de transfert. C’est ce qui m’a inquiété quand il a signé, alors il sera intéressant de voir comment il évolue en Premier League au cours des trois ou quatre prochaines années. Son contrat est encore long, mais sa première saison a été exceptionnelle.

Casemiro a apporté de l’expérience, des connaissances, du savoir-faire….. Manchester United est la moitié de l’équipe quand il ne joue pas

P. Haaland a battu tous les records possibles la saison dernière. Tu as joué avec des attaquants incroyables. Où te situes-tu ? Es-tu, ou es-tu déjà, meilleur que Cristiano Ronaldo ?

Lire aussi  Villarreal : Bournemouth bloque la signature de Nicolas Jackson aux examens médicaux

R. C’est très bien. C’est la première fois que la Premier League parvient à attirer un joueur de haut niveau absolu, connu pour devenir l’un des meilleurs au monde, loin d’équipes comme le PSG, Barcelone ou le Real Madrid. Dans le passé, la Premier League s’est limitée à faire grandir les joueurs et à les voir devenir les meilleurs du monde après un certain temps. Cristiano, par exemple, est venu ici quand il était enfant et est devenu le meilleur joueur du monde, puis est allé à Madrid. Kevin de Bruyne est venu d’Allemagne en tant que bon joueur, mais pas de classe mondiale. C’est la première fois que la Premier League signe un joueur en sachant qu’il est le meilleur joueur du monde ou qu’il pourrait le devenir.

Je l’ai beaucoup regardé la saison dernière parce que j’ai commenté beaucoup de matchs de City pour Sky Sports et il est incroyable à regarder. C’est un phénomène quand tu le vois sur le terrain, c’est comme si quelque chose venu de l’espace avait atterri à l’Etihad Stadium et jouait contre nous, simples mortels.

Haaland, c’est comme si quelque chose venu de l’espace avait atterri à l’Etihad et jouait contre les simples mortels.

P. En parlant d’attaquants, comment trouves-tu le deuxième passage de Cristiano à United ?

R. Je pense qu’il s’est très bien débrouillé en termes d’objectifs. Il a un caractère et une personnalité qui n’acceptent pas de seconde chance. Je l’ai critiqué parce qu’à mon avis, lorsque vous êtes un leader dans le vestiaire et que vous êtes un leader dans le football mondial, il y a différentes façons d’enseigner, différentes façons d’encadrer et différentes façons d’entraîner les jeunes joueurs de l’équipe qui ne sont pas à votre niveau. Je pense que Cristiano aurait dû modifier et adapter son style de leadership à United aux joueurs du vestiaire qui avaient besoin d’être guidés, entraînés et élevés.

Je pense que Cristiano s’est bien débrouillé en termes de buts, mais il aurait dû modifier et adapter son style de leadership à United.

Cristiano devenait frustré, il se mettait en colère contre eux et c’était visible parfois pendant les matchs et finalement c’est devenu une sorte de confrontation. J’ai joué avec lui, il a un niveau incroyable et il travaillait aussi dur que n’importe quel joueur avec lequel j’ai joué ; tout ce que vous voyez chez Cristiano, c’est du talent et du travail. Il veut gagner, il est désespéré de gagner, il veut marquer des buts et il veut être le meilleur joueur du monde, donc je pense que c’était difficile pour lui, peut-être parce qu’il est arrivé à la fin de sa carrière dans des équipes qui n’avaient pas le niveau qu’il voyait auparavant.

P. Est-ce que tu t’attendais à une telle fin pour CR7 à Old Trafford ?

R. J’aurais aimé qu’il ne finisse pas comme ça, qu’il reste et qu’ils trouvent un moyen de régler ça jusqu’à la fin de la saison. Mais c’est devenu impossible quand il a donné l’interview à Piers Morgan. À ce moment-là, c’était tellement public qu’il n’y avait qu’une seule issue.

J’aime Cristiano, il ne m’aime probablement pas à cause de ce que j’ai dit, mais j’aime à penser que dans 5-10 ans, il comprendra que mes commentaires viennent d’une bonne position. J’aimerais qu’il comprenne que lorsque tu arrives à 35/36 ans, les jeunes joueurs du vestiaire et les moins talentueux comptent sur toi pour les faire progresser et qu’il y a différentes façons d’être mentor, entraîneur et parent. Il reste mon joueur préféré de tous les temps et celui que je préfère quand je parle de savoir qui est le plus grand joueur de tous les temps. Je sais que beaucoup diront Messi, mais j’aime Cristiano.

Beaucoup diront Messi, mais pour moi, Cristiano reste mon joueur préféré de tous les temps.

P. Une nouvelle Ligue des champions est sur le point de commencer. Penses-tu que l’équipe de City qui a remporté le triplé est meilleure que l’équipe de United qui a gagné le championnat, la coupe et la Ligue des champions ?

R. Voyons, tu dois admettre le succès et le football de Manchester City, mais tu ne peux pas dire que l’un mérite plus que l’autre. Ils méritent la même importance car c’est un exploit qui n’a été réalisé que deux fois dans l’histoire du football anglais.

Les deux équipes ont un dénominateur commun : deux entraîneurs exceptionnels, parmi les meilleurs de tous les temps : Guardiola et Sir Alex Ferguson. Tous deux sont unis par la recherche incessante de la victoire, d’être meilleurs à chaque minute, chaque jour, chaque année…. Ils sont très exigeants avec leurs joueurs et ces derniers y croient et font tout ce qu’on leur demande.

Lire aussi  Premier League : Pep Guardiola "change" de clause pour faire signer Erling Haaland

P. On parle beaucoup de De Bruyne et de Haaland, mais… quelle est l’importance de Guardiola dans la réussite de City ?

R. Toutes les équipes qui gagnent le championnat ou la Ligue des champions ont de grands joueurs, mais elles ont généralement un entraîneur spécial derrière elles et Guardiola est un entraîneur exceptionnel. L’impact de son football en Angleterre, en Allemagne et en Espagne est immense. Son niveau est très élevé. Je ne pense pas que City, sans Guardiola, aurait eu autant de succès. Ils auraient gagné des titres, mais pas au niveau qu’ils ont atteint avec Guardiola.

Je ne pense pas que City, sans Guardiola, aurait eu autant de succès.

P. De tous les transferts qui ont eu lieu cet été, quel est celui qui se démarque ?

R. Je pense que les transferts les plus importants de l’été ont été ceux de Kane au Bayern Munich, de Bellingham au Real Madrid et de Declan Rice à Arsenal. Le Bayern, avec Kane, peut espérer remporter la Ligue des champions. Bellingham, s’il continue comme ça, pourrait devenir le plus grand footballeur anglais de tous les temps. Il a un talent exceptionnel et un tempérament brillant. Il est élégant, technique, tactique et toujours en mouvement. Il anticipe toujours ce qui va se passer : il sait où le ballon va aller. Il a une grande intelligence du football, mais c’est surtout son éthique de travail qui ressort. Son attitude et son esprit sont au plus haut niveau. Il est très mature pour un joueur aussi jeune. Son début de saison avec le Real Madrid et l’Angleterre témoigne d’un joueur d’un autre niveau. Il est magnifique à regarder.

Le Real Madrid avait Zidane, l’un des joueurs les plus esthétiques de tous les temps. On ne peut pas encore mettre Bellingham à ce niveau, mais on peut penser que s’il continue à progresser, il pourrait avoir un impact similaire.

Il a un talent exceptionnel et un tempérament brillant. Il est élégant, technique, tactique et toujours en mouvement.

P. Qui, selon toi, est favori dans la lutte pour la Ligue des champions ?

R. Je dirais le Bayern, je pense que la signature de Kane leur donne une force redoutable. Le quart de finale City-Bayern de la saison dernière a été l’un des meilleurs matchs que j’ai vus depuis longtemps. City a été exceptionnel, mais le Bayern l’a été aussi en première mi-temps.

Ils ont été brillants et auraient pu marquer quelques buts, mais City était à un niveau exceptionnel ce soir-là. C’était comme une finale avant l’heure parce que je pense qu’en termes de qualité, c’étaient les deux meilleures équipes du tournoi, alors oui, je pense que le Bayern ira loin cette saison.

P. Parlons un peu de ton court passage à Valence. Quelles conclusions as-tu tirées ?

R. J’ai beaucoup appris sur le plan personnel. J’ai toujours parlé très ouvertement et honnêtement de mon passage à Valence. Je suis désolé de décevoir Peter (Lim) et les supporters. Les supporters valenciens sont parmi les plus passionnés que vous puissiez rencontrer. Lorsque je me suis promené dans la ville, les gens m’ont soutenu et m’ont souhaité bonne chance.

Bien sûr, j’ai manqué trop de matchs, mais je me suis vraiment amusé. J’ai aimé les gens et la ville. J’ai l’impression d’avoir laissé tomber Peter ; il m’a fait confiance et a investi beaucoup d’argent dans le club et je voulais bien faire pour lui, mais aussi pour le football. J’ai déménagé avec ma famille et je me suis engagé à fond dans ce défi. Je voulais réussir pendant les cinq mois où j’étais censé rester là-bas, mais je n’ai pas pu obtenir les résultats pour l’équipe et, à la fin, c’était trop pour moi.

J’ai l’impression d’avoir laissé tomber Peter, qui m’a fait confiance et a investi beaucoup d’argent dans le club.

P. Pourquoi ça n’a pas marché ?

R. J’étais un jeune entraîneur anglais, je ne parlais pas la langue, je suis arrivé à un moment difficile et la vérité est que c’était trop pour moi. Je ne peux qu’être positif à propos de Valence et je suis vraiment désolé de ne pas vous avoir donné les résultats que vous vouliez. Je suis un homme de football, j’aime le football et c’est dommage que je n’ai pas pu réussir.

Valence, c’était trop pour moi

P. Valencia est toujours en difficulté. Que penses-tu de la propriété de Peter Lim ?

R. C’était un défi quand j’étais là, mais Peter est arrivé et a investi une quantité incroyable d’argent dans le club pour le sauver à un moment très difficile et le reprendre. Je connais bien Peter Lim, c’est un homme fantastique. Il a été mon mentor et il a cru en moi et au reste de la promotion de 92. Peter veut que Valencia réussisse et je veux aussi que Valencia réussisse. Peter veut que Valencia réussisse et je sais que ce n’est pas le cas en ce moment. Les fans ne m’écouteront probablement pas parce qu’ils savent que je suis un grand fan de Peter, mais j’espère que Peter pourra ramener Valence là où elle devrait être.

Peter veut que Valence réussisse et moi aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by Live Score & Live Score App