Ligue 1 : Marcelino : “Qui l’aurait cru, deux Asturiens de Gijn, l’un au PSG et l’autre à l’OM”.

L’Espagnol a fait ses débuts devant la presse locale, s’excusant de ne pas bien connaître le français et espérant pouvoir communiquer avec les journalistes dans leur langue “dès que possible”.. Dès lors, il a joué sur les bonnes touches, appelant toujours l’équipe “OM”, comme on l’appelle en France, et exprimant son “admiration pour ce club”, et avec de fréquents sourires.

“C’est une grande opportunité, très excitante”.Il a déclaré à propos du défi que représente la gestion de l’un des meilleurs clubs de Ligue 1, présidé par son ami Pablo Longoria, qu’il connaît depuis de nombreuses années et avec lequel il a coïncidé à Valence, l’un en tant qu’entraîneur et l’autre en tant que directeur sportif. “Je suis conscient d’avoir été engagé pour faire en sorte que cette équipe, la seule en France à avoir remporté la Ligue des champions, améliore la trajectoire ascendante de ces dernières années”, a-t-il reconnu.

“Nous relevons le défi et nous l’affrontons avec beaucoup d’ambition, basée sur l’effort et l’humilité”.Il a ajouté, avant de souligner l’expérience de la collaboration avec son équipe, dont certains le suivent depuis plus de vingt ans. Interrogé sur l’arrivée imminente de Luis Enrique au Paris Saint-Germain, Marcelino a réfléchi aux coïncidences du football et de la vie : “Qui l’aurait cru, deux Asturiens de Gijn, des Espagnols. L’un entraîne le PSG et l’autre l’OM”.

“J’ai le plus grand respect personnel et professionnel pour lui.. Et je lui souhaite le meilleur, sauf quand il joue contre nous”, a-t-il ajouté à propos de l’ancien sélectionneur national espagnol, qui sera dévoilé demain, mercredi, en tant que nouvel entraîneur du PSG. Interrogé sur son schéma tactique, il a déclaré qu’il aimait jouer avec un 4-4-2, mais qu’il pourrait y avoir des variations en 4-2-3-1 ou 4-3-3-3, en fonction de la composition de l’équipe qui peut être faite lors de ce marché.

Lire aussi  Le PSG protège une jeune perle de sa carrière

“Ce que vous ne verrez jamais, c’est le marquage individuel”., prévient-il. Avanz devra jouer 80 à 90 % du temps avec quatre défenseurs en marquage zonal et avec des zones de pression en fonction des joueurs dont il dispose et de leur adaptation. De plus, il y aura de la pression après une perte dans la moitié de terrain adverse. Concernant les éventuelles signatures, il a souligné l’importance de ne pas se précipiter pour trouver les bons joueurs, notamment pour trouver des hommes capables de jouer sur les ailes et d’attaquer l’espace.

“C’est un processus dans lequel nous ne pouvons pas avoir de pauses, mais nous ne pouvons pas non plus nous précipiter”.. L’entraîneur s’est dit satisfait de la récente signature de Geoffrey Kondogbia en provenance de l’Atltico Madrid, un joueur qu’il connaît bien puisqu’ils ont tous deux joué ensemble dans l’équipe de Valence qui a remporté la Copa del Rey en 2019. “J’ai travaillé avec lui à Valence. C’est un joueur de classe mondiale, mais il y avait des négociations avant mon arrivée à Marseille. Ce n’est pas ma signature”, a-t-il assuré.

Marseille commence la saison le 8 août avec le troisième tour préliminaire de la Ligue des champions, avant même le début du championnat de France, qui aura lieu les 12 et 13 du même mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by Live Score & Live Score App