Bundesliga : Grimaldo : “Cela fait des années que j’essaie de faire mes débuts internationaux.

Question. Après sept ans à Benfica, tu as franchi une nouvelle étape cette saison à Leverkusen. Comment te sens-tu ?

Réponse. Je vis probablement la meilleure période de ma carrière en ce moment. Je me sens très bien et je me suis très bien adapté à la Bundesliga et au Bayer. Je suis très heureux de l’étape que j’ai franchie et de la façon dont cela se passe.

P. Après ton doublé contre Hoffenheim, tu es le défenseur le plus performant de la Serie A avec cinq buts. Qu’est-ce que ce chiffre t’apprend ?

R. C’est un chiffre qui reflète mes sentiments. Je me sens très à l’aise, je me suis adapté au style de l’équipe et je suis en bonne forme physique et mentale. Je me sens très mature sur le terrain et cela signifie que je suis bien positionné dans les situations importantes du match, dans les moments clés, et que je peux avoir plus d’options pour marquer des buts. En fin de compte, l’expérience est également importante pour comprendre quand vous devez faire certaines choses.

P. Tu es aussi très doué pour les coups francs. Tu as marqué deux buts sur des coups francs. Est-ce que c’est quelque chose que tu essaies souvent ?

R. Je m’entraîne aux lancers francs depuis de nombreuses années. C’est l’une de mes spécialités. C’est important parce que le lancer franc débloque les jeux.

P. Quelle est la ” faute ” d’Alonso si son jeu a un peu plus évolué ?

R. Avoir un entraîneur du niveau de Xabi vous rend meilleur chaque jour. Il parle beaucoup avec moi et avec l’équipe. Il sait parfaitement positionner les pièces et me fait comprendre comment bouger et est à l’aise dans les positions que j’occupe. Il connaît mes points forts et me fait les exploiter.

Je suis peut-être au meilleur moment de ma carrière, je me suis bien adapté.

P. Tu es toujours ailier, mais te vois-tu jouer en tant qu’ailier ?

Lire aussi  Bundesliga : Xabi Alonso retrouve la forme au Bayer Leverkusen

R. Non. Je suis meilleur pour partir de l’arrière et aller à l’intérieur, être un de plus au milieu et comprendre le jeu. C’est l’un de mes points forts. Alonso le sait et l’a encouragé à créer cette supériorité.

P. Vous avez reçu de nombreuses offres. Quelle a été l’importance de Xabi dans ton arrivée à Leverkusen ?

R. Ça n’a pas été facile de prendre cette décision. Je terminais mon contrat avec Benfica et j’avais de nombreuses options. Mais Xabi, qui a été un facteur clé, et le Bayer ont décidé de miser sur moi. Le projet est très fort. J’ai pris la bonne décision.

P. Que dirais-tu de Xabi Alonso en tant qu’entraîneur ?

R. Il a beaucoup de passion. Pour Xabi, chaque séance d’entraînement et chaque détail sont importants. Et puis il y a la façon dont il transmet ses idées. Il sait faire comprendre aux joueurs tout ce qu’il a dans la tête et leur donner confiance. C’est essentiel pour que les joueurs sachent ce qu’ils ont à faire et qu’ils soient détendus et calmes.

P. As-tu déjà été “aiguillonné” par les coups francs d’Alonso à l’entraînement ? On me dit qu’il est toujours fidèle à sa course ?

R. C’est un truc de fou. Incroyable. Il est prêt à jouer ! Il a l’air en bonne forme physique. Nous avons plaisanté en disant qu’il est encore assez bon pour être titulaire. Il a l’un des meilleurs tirs que j’ai jamais vus et il garde sa qualité. Il aime venir s’entraîner avec nous. Il le vit.

Gagner la Bundesliga contre le Bayern n’est pas un miracle, mais un défi.

P. Vous êtes en tête de la Bundesliga après neuf victoires et un match nul en dix rencontres. Faudra-t-il un miracle pour battre le Bayern en championnat ?

R. Je ne sais pas si c’est un miracle, mais c’est un grand défi que nous voulons relever. Nous savons que le Bayern est le favori, qu’il a les meilleurs joueurs et qu’il a remporté les 11 dernières Bundesliga. Mais nous sommes ici pour les affronter. Nous n’avons pas à penser à gagner la Salzadera et à nous mettre sous pression. Nous sommes calmes, nous nous amusons et nous devons continuer à additionner nos forces pour pouvoir rêver.

Lire aussi  Bundesliga : L'exigence totale du Bayern Munich : "Si un rival est 'deprimido', hay que 'matarlo'. Con seis, siete, ocho goles..."

P. Comment vois-tu la possibilité pour Leverkusen de remporter la Bundesliga en Allemagne ?

R. Le Bayern est la référence, l’un des plus grands clubs du monde, mais nous nous en sortons très bien. Nous avons une bonne équipe, un grand entraîneur et je pense que les pièces sont réunies pour faire une bonne campagne en championnat et en Europe.

P. Grâce à toi, à Alonso et à Fernando Carro (directeur général), Leverkusen est très populaire en Espagne. Ressentez-vous cet encouragement ?

R. Xabi est une référence dans le football espagnol et mondial. Il est également important pour nous que les gens nous voient en Espagne, car le Bayer s’avère être une équipe à suivre. Nous jouons très bien. Et la présence de Xabi est cruciale.

P. Et qu’Alonso reste à Leverkusen, car on parle beaucoup du Real Madrid…..

R. Les rumeurs sont toujours là, mais pour moi il est clair que Xabi en ce moment pense au match de jeudi et ne voit pas plus loin. C’est un entraîneur de haut niveau, qui n’a pas de plafond et qui fera ses armes sur le banc. Plus tard, il prendra ses décisions, mais pour l’instant, il pense à cette saison et à rien d’autre.

Xabi Alonso laissera son empreinte sur le banc de touche, c’est un entraîneur “de haut niveau”.

P. Qui t’a le plus surpris parmi tes coéquipiers ?

R. Beaucoup d’entre eux m’ont surpris. Le niveau est très élevé. L’arrivée de Xabi a été importante pour ce qui est en train de se passer. Individuellement, vous pouviez déjà voir qu’ils étaient de bons joueurs mais, en assemblant les pièces du puzzle comme l’a fait Alonso, Leverkusen est une équipe effrayante et un plaisir à regarder.

Lire aussi  Bundesliga : le départ parfait de Kane en Bundesliga pour améliorer Lewandowski et Gerd Müller.

P. Les années passent et tu ne vas toujours pas voir l’équipe nationale espagnole. Raconte-nous…

R. Je continue à travailler et je pense que je peux avoir une opportunité, qui viendra peut-être. Je sais que ce n’est pas facile, qu’il y a aussi de bons joueurs et que tout le monde veut être là. Mais à la fin, la décision revient à l’entraîneur. Je vais continuer à le défier, en essayant d’avoir une chance de faire mes débuts avec l’équipe nationale. Je donne le meilleur de moi-même et je continuerai à travailler pour pouvoir participer à cette convocation ou à la prochaine.

P. De nombreux latéraux gauches ont joué pour l’Espagne. Balde, Fran Garca, Gay, Pedraza… Et tu n’as pas encore eu cette opportunité….

R. Je suis à la recherche de cette opportunité. Je suis en bonne forme depuis des années. Je suis dans le meilleur moment de ma carrière et je cherche à être appelé. Je sais que de nombreux latéraux ont eu leur chance, mais je suis sûr que ce sera plus facile à ce niveau.

P. Il y aura une liste de joueurs vendredi. Reste à l’écoute ?

R. Je suis en déplacement. Nous jouons contre Qarabag, mais quand nous atterrirons, je regarderai certainement si j’ai eu la chance d’être appelé. C’est un rêve pour moi, je l’ai toujours dit et je ne le cache pas. Je sais que j’ai des chances parce que je me sens très bien et que les gens me regardent, mais il n’y a pas besoin de s’exciter ou de devenir fou parce qu’il y a d’autres joueurs qui le méritent.

P. Vous avez un entraîneur (Xabi) et un directeur général (Carro) espagnols… en Bundesliga ! Quelle importance cela revêt-il ?

R. Ils me donnent beaucoup de confiance, ils prennent soin de moi et me parlent beaucoup. Quand je suis arrivé ici, je savais qu’ils me soutiendraient. Je suis très heureuse. Je m’amuse beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by Live Score & Live Score App